Notre Blog

Published : Wed, Sep 9, 2020 4:00 PM GMT

COVID-19 et facteurs culturels

Partout dans le monde, les gens continuent à se poser des questions sur la pandémie de COVID-19 : quels sont sont les pays qui réagissent le mieux face à cette crise, quels sont ceux qui réagissent le moins bien et pourquoi.

 Une des raisons les moins prises en compte concerne les différences culturelles.

 « Selon moi, la question culturelle importe énormément en termes de réaction et de résultat,» affirme Yasheng Huang, professeur de gestion au  Massachusetts Institute of Technology (MIT) et directeur du programme MIT-Chine.

 Ces différences sont quelquefois minimisées à tort.

 Ainsi, la manière qu’ont les gens de faire leurs achats en France a pu contribuer à y propager le virus. Dans certains pays, on fait son épicerie une fois par semaine. Mais les Français sortent faire leurs courses chaque jour, déclare Jeffrey Hopkins, géographe à la Western University, à CBC News. Il y a moins d’isolement et davantage de contact.

 « On peut définir la culture comme ceci; chaque jour, les gens agissent selon certaines normes et, ce, de manière inconsciente, » ajoute Hopkins.

 C’est particulièrement vrai en Chine et dans d’autres pays d’Asie, où les gens ont commencé à porter des masques dès la fin de l’année dernière, bien avant les directives gouvernementales.  Une des raisons en est leur expérience avec le SRAS.

 La manière dont le Japon a réagi a été saluée. Les Japonais sont en effet obnubilés par la propreté et se lavent souvent les mains. Et ils ôtent leurs chaussures avant d’entrer dans une maison.

Plus près de chez nous, les comportements face à la COVID-19 varient énormément entre le Canada et les États-Unis.

 Un groupe d’experts en épidémiologie a donné un B au Canada, mais un F aux États-Unis , pour évaluer leurs réactions face à la pandémie.

Ces deux pays sont réputés pour leur culture très individualiste, qui met en avant les droits individuels, l’indépendance et la primauté des réussites personnelles sur la réalisation collective.

Le Canada est, malgré tout, bien plus ouvert.

 Ainsi, le pays accueille les nouveaux arrivants et a développé une politique fédérale d’intégration, en leur proposant même un programme d’assistance « Welcome Refugees ».

Les politiques partisanes et les différences ethniques sont passées au second plan alors que les Canadiens s’unissaient face à la menace de la COVID-19. À l’inverse des États-Unis, les dirigeants provinciaux ont soutenu le Premier ministre, Justin Trudeau.

 Selon MIT News, pour que la culture et la politique puissent être connectées, il faut avoir confiance dans le gouvernement. Sciencedirect ajoute que « la polarisation politique est un des aspects culturels qui influencent le comportement humain.»

 Alors que les Canadiens se ralliaient à leurs politiciens, les États-Unis se divisaient à une vitesse fulgurante.

 En désaccord avec le président Donald Trump, les gouverneurs des états ont souvent ignoré ses directives. Dans leur course à l’équipement médical, notamment les respirateurs, ils se sont aussi attaqués les uns aux autres.

 Ce n’est donc sûrement pas une coïncidence si, dans les sondages, les Canadiens se disent plus satisfaits que les Américains des mesures prises par leurs gouvernement respectifs.

À propos de Berlitz La Méthode Berlitz Niveaux de compétence Le cycle d'apprentissage Blog Carrières Presse Nos Sites Centres Berlitz dans le monde Accessibilité Conditions d'utilisation Politique de confidentialité
©2017 Berlitz Canada (détenu et exploité de façon indépendante). Site Géré par Executive Results en utilisant Smartdesk.